Fête des Mères à nos merveilleuses mamans du Deka > Deka CrossFit

Nouvelles

Fête des Mères à nos merveilleuses mamans du Deka

Dans Non classé | Le 10 mai, 2020

 

Comment tu vas ?

“ Je vais bien ! Les enfants font leur nuit, ils sont de plus en plus autonome, Nate commence a marcher à 4 pattes, Ivy saute partout…”

Non non Carianne, toi la personne comment tu vas ?

Bien je viens de te le dire ?!!!

Pour moi être une maman c’est ça.

Si mes enfants vont bien, je vais bien.

Si mes enfants ont mal, j’ai mal.

Pourquoi ? Laisse moi t’expliquer…

J’ai pas vraiment planifié être une mère, en fait les spécialistes m’ont dit plein de fois que je devais faire mon deuil d’avoir des enfants puisqu’avec l’entrainement j’avais “scrapper” mes hormones. J’avais fait le “deuil” d’être maman même si j’ai toujours capoter sur les bébés et les enfants. J’ai un souvenir qui me hante souvent encore d’il y a 4 ans, à la fête des mères, pleurer en me disant que je n’allais jamais pouvoir vivre cela.

Vivre de prendre mon bébé, le sentir, le coller, lui donner 1000 bisoux.

Vivre de le voir grandir, de le voir interagir avec mon entourage, de le voir développer sa personnalité.

Vivre d’être tellement fière que ça me ferait pleurer, d’aimer d’un amour sans bon sens, de vouloir le protéger comme si tout était un danger.

Vivre des moments mémorables, touchants et qui créeront des souvenirs ou des traditions.

Être maman pour la première fois à été une belle surprise, sur le coup c’était épeurant. J’étais physiquement et financièrement tellement pas prête, mais mentalement je l’est toujours été et j’allais être PARFAITE. C’est donc, rapidement devenue la plus belle aventure et il y a eu que des belles choses qui se sont développer après cela.

Enceinte je me suis promise que j’allais profiter de chaque seconde et que j’allais être reconnaissante pour ce miracle à tous les jours.

Je ne me doutais pas du tout que j’entrais dans un monde de jugement et parfois même compétitif et je ferai tout pour que cela change.

Après 2 bébés “back à back”, je suis loin d’être à la hauteur de mes attentes.

Ce n’est pas facile de rester patiente et compréhensive, j’ai pas toujours le temps de préparer des bons petits plats maison ou de stimuler mes enfants comme il est conseiller, de garder ma maison bien rangée, d’être à jour dans mon lavage, d’aller à l’extérieur à tous les jours pour prendre une marche, d’avoir les jouets les plus éducatifs du monde ( parce que bin ça coute cher),  d’habiller mes enfants sur la coche (ou de les faire fitter avec moi) ou de ne jamais avoir à gérer une crise.

Même si je me mets de la pression à mettre en pratique TOUS les “conseils” qu’on m’a donné, ou pour laver ma vaisselle au fur et à mesure pour pas que sa traîne, que je plie leur linge parfaitement, que je nettoie ma cuisine de fond en comble après les repas, que leur outfit sont pas toujours incroyable, que leur jouet sont un peu abimés ou qu’ils ont écouté un passe-partout au complet et que j’ai un peu pogné les nerfs parce que ça fait 100x que je répète “Non ! Je ne veux pas, ça ne va pas dans la bouche.”

You know what? Mes enfants sont heureux.

Et ça ça vaut tout l’or du monde.

Je ne suis pas la mère que j’aurais toujours voulu être avec des enfants qui écoutent TOUTES les consignes ou qu’ils aient une chambre décoré style “pinterest’, être rayonnante et en contrôle de la situation en tout temps.

Je suis une mère qui a des lacunes, des peurs, de l’inquiétude à pu savoir quoi faire avec, je suis souvent (tout le temps) débordée ou “overwhelmed” par tout ce qui se passe et je sacre (trop).

Mais une chose est sure. J’aime mes enfants, tellement fort que ça fait mal.

Je passe du temps avec eux, je décide et je veux m’asseoir par terre pour les chatouiller/jouer plutôt que de faire du ménage, je ne les chicane pas sur le coup pour casser le “caractère” et créer des conflits, j’opte pour le renforcement positif qui fonctionne tellement bien à long terme (dans notre cas), je leur apprend des choses moins traditionnels comme à reconnaitre les émotions avant les couleurs, on écoute beaucoup trop de chansons de Disney, mais surtout je prend du temps pour être présente pour eux.

À tous les jours je les prends dans mes bras, je leur donne 1000 bisoux et je leur dit merci d’être dans ma vie.

Je ne suis peut-être pas un modèle à suivre de maman. Je ne mets peut-être pas toujours mes priorités à la bonne place pour .

Je ne suis peut-être pas tout ce que j’avais aspirer être, je suis PLUS et MIEUX encore.

Donc la prochaine fois que tu me demandes si je vais bien, tu sais dans quoi tu t’embarques !

Je suis une maman, qui aimes ses enfants, qui les protégeras et voudras toujours leur bien.

Je suis une maman qui le fera à ça façon . Mais la tienne est aussi bonne.

Parce que chaque maman est unique, parce que chaque enfant est unique.

(Chaque papa aussi, on en reparlera en juin !!)

Et c’est ça la beauté de cette aventure, apprendre, grandir, se respecter, s’aimer.

Parce que ce qui fonctionne pour moi, ne te rejoins probablement pas toi.

Alors en cette journée de la fête des mères je vous souhaite d’enlever cette pression, de vous sentir libre de prendre les décisions qui VOUS conviennent, de vous sentir fière à chaque jour de faire partie de la vie de ces petits êtres si exceptionnels, d’assumer vos choix peu importe ce que les “autres” disent, de vous laissez être créative et FOFOLLE (!) , de vous sentir libre de pas être constamment #momoftheyear, mais surtout d’être reconnaissante de pouvoir jouer ce rôle à tous les jours pour le restant de votre vie.

Être maman C’est un privilège.

Bonne fête des mamans, vous êtes exceptionnelles.

© DEKA CROSSFIT 2015. Tous droits réservés.
Conception web par Codems
COVID-19 - Nous sommes là pour vousEN SAVOIR PLUS